CERCLE AMICAL DU BERRY

Les Berrichons de Paris

BILLET D'INFORMATION

Découvrez les derniers billets


Décembre 2018


Un livre en décembre "LE CHÊNE EN MAJESTE de la Forêt au vin"

Paru chez Flammarion (49 euros) le livre de Sylvain CHARLOIS & Thierry 
DUSSARD à l'approche des Fêtes fait déjà un tabac dans les bonnes 
librairies du Pays !

Vous y retrouverez notamment Tronçais, la vitrine du chêne français avec 
Loïc NICOLAS et proximité oblige, Saint-Palais, le trésor des 
tonneliers, Vierzon (pourtant bien malade), sur le sentier de la 
salamandre, Châteauroux, la perle du Berry ... un livre magnifiquement 
illustré à l'appui de très beaux 
textes.

(Extrait d'un message de Philippe Magne)




15 décembre : IMPORTANTE VENTE BERRICHONNE A ISSOUDUN 

Me. Valérie MAUDIEU Commissaire-priseur aidée de sa consultante Nadine 
ROUSSEAU de Reuilly préparent une vente principalement berrichonne qui 
aura lieu à la Salle des Ventes d'Issoudun le samedi 15 décembre 2018 
à 14h, avec exposition publique des 350 lots présentés le vendredi 14 
décembre (15h/19h) et le matin de la vente (10h/12h).

Au programme de cette vacation un peu exceptionnelle figurera la 
dispersion d'une grande partie des Archives et Collections de 
l'historien sandiste saint-amandois Gaston IMBAULT, qui fut aussi 
Président des Amis de l'académicien André THEURIET.

Le fonds de cette vente sera surtout constitué par de nombreux 
manuscrits autour de 1848, provenant notamment des archives de Joseph 
BIDAULT (1796-1854), avec de très nombreuses et intéressantes lettres 
de l'avocat saint-amandois devenu Député du Cher. Cette vente 
concernera aussi Gabriel PLANET (1808-1853) avocat à La Châtre, 
collaborateur de Michel de BOURGES à "La Revue du Cher et de l'Indre", 
Préfet du Cher et ami de George SAND. Plusieurs lettres de Félix PYAT, 
Henri de LATOUCHE, Hugues LAPAIRE ... etc ... , ainsi que de nombreux 
membres de l'Académie française, de prélats et une importante étude de 
Gaston IMBAULT sur Michel de BOURGES, qui lui servit de support à la 
Conférence qu'il donna à Pourrières (Var) pays de naissance de Michel 
de BOURGES, figureront à cette vacation. Sans oublier de citer des 
documents sur Mont Rond et bien sûr Saint-Amand capitale du Boischaut, 
dont d'intéressants dossiers généalogiques !

Comme avait souvent l'habitude de dire le regretté Gaston IMBAULT "une 
vie n'y suffira pas", la seule journée du 15 décembre devrait voir 
tout partir, mais que ceux qui ne pourraient en être se rassurent, une 
seconde vente des anciennes Collections de Gaston IMBAULT et aussi de 
celles de Joseph PIERRE est programmée pour le printemps 2019.
Qu'on se le dise !
Philippe Magne


Mai 2018

DISPARITION DE CHRISTIANE SMEETS-SAND

L'épouse de Georges SMEETS-DUDEVANT-SAND, disparu en 1970 qui était le fils adoptif d'Aurore SAND petite-fille de la romancière, est décédée le 26 avril à l'âge de 90 ans. Habitante une petite maison de Gargilesse dans l'Indre, elle y a été inhumée dans la plus stricte intimité familiale le samedi 28 avril dernier.

Attachée à mieux faire connaître l'oeuvre de la romancière, Christiane SMEETS donna de nombreuses conférences à l'étranger notamment aux Etats-Unis. Elle exposait en été ses peintures et s'était fait connaître à la fin des années 80 par la publication chez Flammarion d'un ouvrage qui rencontra le succès "A la table de George SAND" qui a reçu le Prix Gutenberg en 1998. Dans ce livre joliment illustré, elle rendait hommage à la Bonne Dame de Nohant gourmet de la vie, en livrant ses "Cahiers de cuisine" qui comptaient six cent soixante-treize recettes présentées de façon diverse. En 1995 chez Albin Michel elle co-écrit ensuite "Le jardin romantique de George SAND" avec Gilles CLEMENT le paysagiste de renommée internationale et enfin avec Sylvie DELAIGUE-MOINS elle consacra un beau livre à "Maurice, fils de Georges SAND".

Dernière dépositaire de l'oeuvre de George SAND, Christiane SMEETS-SAND aimait à participer aussi aux Banquets des berrichons de Paris.

Philippe Magne


Février 2018

La toile de Raden Saleh à Saint-Amand a pris beaucoup de valeur, par Philippe Magne


Janvier 2018
Décès de Jacqueline Pelletier Doisy

Nous avons été informés et attristés du décès de Jacqueline PELLETIER DOISY, romancière tant attachée à nos racines berrichonnes, fidèle adhérente et soutien du Cercle Amical du Berry. Le Berry-Bourbonnais était aussi son inspiration.

Philippe Magne, Vice-Président du C.A.B et Président de la Société des Amis de la Forêt de Tronçais, nous fait part : la romancière (amoureuse) de Tronçais est décédée. Madame Pierre DELACHAUX plus connue sous son nom de plume Jacqueline PELLETIER DOISY est disparue samedi à l'âge de 94 ans. Que de souvenirs partagés depuis ses jeunes années de collège à Saint-Amand Mont Rond, où son Général de père (le premier à rallier Paris-Tokyo par les airs avec son Breguet baptisé "Jacqueline") résidait alors avec Madame PELLETIER DOISY à Chamtpmatouin !  Le souvenir en est conservé aujourd'hui par une stèle à Saulzais-le-Pôtier. "JPDO" reçoit en 1968 le Prix littéraire de la Ville de Bourges pour "l'Etang de la Breure" et "le Domaine de Hautefrâgne", puis en 1971 le Grand Prix de l'Académie du Vernet à Vichy pour "Tipasa". En 1973, un feuilleton télévisé à succès paraît sur la 1re chaîne ou l'on y retrouve toutes ses racines du Berry-Bourbonnais. De Senlis, elle revient vivre d'abord en lisière de Tronçais sur la commune de Couleuvre, avant d'habiter aux "Alliers" dans ce pays de Meaulne qu'elle aimait tant et qu'elle ne quittera plus. "Les Saisons de la forêt" qui parait avec les superbes photographies d'Alice HERAUDET en 1998, sauront nous rappeler l'appel de la Forêt dont parlait si bien l'écrivain Jacqueline PELLETIER DOISY. Elle était notamment la mère de Marie DELACHAUX de la Fondation Léon DELACHAUX dont le Musée Saint-Vic de Saint-Amand Mont Rond exposa l'été dernier les belles oeuvres berrichonnes du peintre son grand-père ! La cérémonie religieuse de ses obsèques a eu lieu le jeudi 18 janvier 2018, à 14h en l'église de Meaulne.


Nomination de la Conseillère d'Etat Martine de BOISDEFFRE
 Brève de mars 2017

Sur proposition du Garde des Sceaux Ministre de la Justice lors du Conseil des Ministres du 8 mars, notre compatriote et amie la Conseillère d'Etat Martine de BOISDEFFRE est nommée Présidente de la Section du rapport et des études du Conseil d'Etat.


LANCEMENT D'UNE SOUSCRIPTION POUR LES SCULPTURES DE L'EGLISE DE LA CELLE-BRUERE     

Une récente heureuse initiative de la Mairie de La Celle-Bruère dans le Cher vient de permettre grâce à la Fondation du Patrimoine de lancer une souscription pour la restauration estimée à environ 13.000 euros de quatre très anciennes sculptures de son église. L'édifice roman du XIIème siècle classé Monument Historique qui abrite le remarquable tombeau de Saint-Sylvain a fait l'objet de bien de savantes études, citons notamment le Chanoine E. DUROISEL en 1893, Eugène LEFEVRE-PONTALIS en 1910 et Mgr. Jean VILLEPELET en 1929. Il est vrai que cette église a connu c'est tout de même assez rare en Berry, l'un de ses curés devenir Pape sous le nom d'Urbain III entre 1185 et 1187 ! Plus près de nous deux de ses quatre cloches sont actuellement en cours d'inscription aux Monuments historiques. Mais le temps ayant fait son oeuvre, c'est probablement tout le bâtiment assez exceptionnel qui mériterait une belle réfection.

Pour l'heure, comme l'indique le Bon de souscription un appel est lancé afin de restaurer deux bustes représentant Saint-Guillaume et Sainte-Solange patronne du Berry et deux statues une grande et une petite Vierge à l'enfant selon le descriptif joint. Ces quatre sculptures en bois polychromé sont attaquées par des insectes xylophages. Si rien n'est fait d'ici dix ans, il ne restera plus rien de ces oeuvres ! Pour préserver ces sculptures la commune entreposaient celles-ci depuis de nombreuses années dans une pièce communale, en espérant la restauration elle voudrait les sauver et les faire replacer à l'intérieur de l'église Saint-Blaise. Souhaitons qu'avec votre concours cette restauration soit vite rendue.

Note de Philippe Magne


Madame Pierre Balsan (1810-1870) - Naissance des établissements Balsan

Ce livre  présente une biographie du couple fondateur de la dynastie Balsan, Pierre Balsan et Elodie Martin, cette famille comptera énormément dans la vie de Châteauroux et de l'Indre. Il est accompagné des Mémoires de Madame Pierre Balsan, malheureusement inachevées. C'est un texte très riche et très vivant sur l'histoire des débuts de la famille. Le texte est ensuite éclairé par des commentaires et documents.

Ci-dessous le bulletin d'information et de souscription (cliquez sur l'image pour l'agrandir)


Villegenon au cœur du Pays Fort

MADAME FRANÇOISE BEZET VOUS SOUMET LE BULLETIN DE SOUSCRIPTION QU'ELLE LANCE POUR LA SORTIE DE SON PROCHAIN LIVRE " VILLEGENON AU COEUR DU PAYS FORT"

Ce livre conte l'histoire du village grêce à de nombreux documents retrouvés dans les archives municipales, départementales et diocésaines.

Qui souhaite retracer la vie d’une commune se plonge obligatoirement dans les registres de délibérations municipales et dans les divers documents conservés aux archives départementales. Des événements du passé se dévoilent alors, permettant de remonter le temps et de côtoyer les villageois d’autrefois qui narrent leur histoire liée le plus souvent à l’Histoire nationale. Citons quelques exemples de ces éclats de vie : braconnage dans l’étang du seigneur, folie de la pauvre Jeanne, drame au Moulin de La Ville sous l’Ancien Régime, fonte des cloches, église transformée en temple décadaire, croix abattues sous la Révolution, incendie de l’église ou encore hargne profonde d’un curé contre l’école laïque et les républicains à la fin du XIXe siècle. Le patrimoine architectural conte aussi le passé du village. Eglise, écoles, château, ancien prieuré de Prunesac, manoir de La Croslaie conservent les images d’antan dans leurs vieilles pierres. Moulins, lavoir, fontaine, abreuvoir, fermes et « manœuvreries » font partie du petit patrimoine bâti qui garde l’âme du Pays Fort dont les granges pyramidales sont le symbole. Villegenon avait la sienne, « la Maison carrée » qui, hélas, n’a pas résisté aux affres du temps. Forêts baignées de mystère, paysages vallonnés où coule la Grande Sauldre, petits chemins serpentant au milieu du bocage ou ruines dissimulées sous la végétation envahissante, participent au charme indéniable de ce village qui reste un petit coin de terre où il fait bon vivre. Les amateurs de danse et de musique ne l’oublient pas, venant chaque année plus nombreux au « Grand Gala de l’Accordéon ».

 (cliquez sur l'image pour l'agrandir)




eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee

      Découvrez les dernières Unes

         Contactez nos partenaires